Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 15:47

Pour une nuit à Perpignan en attendant de prendre un bateau à Port-Vendres pour rejoindre les Baléares via Barcelone, George Sand, ses enfants et Frédéric Chopin déambulent dans les rues du centre historique de la cité catalane. En 1838, la Rambla ne s'appelle pas place Arago et la statue du célèbre savant et homme politique François Arago ne s'élève pas encore sur son socle altier.

George Sand avait tissé des liens amicaux avec le fils du savant né à Estagel à une vingtaine de kilomètres de Perpignan. Emmanuel Arago sera, avec ses compagnons Ledru-Rollin et Louis Blanc, rejoint à Paris par George Sand lors des journées de 1848 qui verront la chute du roi Louis-Philippe. Avocat, défenseur de Barbès, Emmanuel Arago sera ministre de la Guerre, puis de l'Intérieur après la guerre de 1870. Très liée à la famille Arago, George Sand parle longuement du père dans le récit qu'elle a fait de son séjour à Majorque durant l'hiver 1838-1839 : "Chargé par Napoléon de la mesure du méridien, M. Arago était, en 1808, à Majorque, sur la montagne appelée le Clot de Galatzo, lorsqu'il reçut la nouvelle des événements de Madrid et de l'enlèvement de Ferdinand. L'exaspération des habitants de Majorque fut telle alors qu'ils s'en prirent au savant français, et se dirigèrent en foule vers le Clot de Galatzo pour le tuer. Cette montagne est située au-dessus de la côte où descendit Jaume Ier lorsqu'il conquit Majorque sur les Maures, et comme M. Arago y faisait souvent allumer des feux pour son usage, les Majorquins s'imaginèrent qu'il faisait des signaux à une escadre française portant une armée de débarquement."

François Arago, né à Estagel en 1786, entre à Polytechnique à l'âge de 17 ans. En 1792, la Convention charge Pierre-François Méchain et Joseph Delambre de mesurer la méridienne. Méchain meurt du paludisme en 1804 ; les travaux sont interrompus. Arago est alors chargé de les poursuivre alors qu'ils se sont arrêtés à Barcelone. En 1806, Napoléon Ier accepte de financer l'étude de la prolongation de la méridienne vers le sud, vers les Baléares. Arago et ses collaborateurs, partent en septembre 1806 pour trois ans. En 1808, Arago poursuit sa mission à Ibiza et à Majorque. C'est à ce moment, comme l'a expliqué George Sand dans Un hiver à Majorque que le savant est poursuivi par une horde de Majorquins rageurs qui en veulent à sa vie. En juillet 1808, Arago et ses compagnons d'infortune s'embarquent pour Alger. Munis de faux passeports, ils quittent Alger pour Marseille mais leur navire est arraisonné et Arago, fait prisonnier, est transféré à Figueres. Avec l'avancée de l'armée française sur le territoire espagnol, il est conduit à Palamos. Après bien des péripéties, Arago regagne la France en 1809.

François Arago a attaché son nom au grand débat national autour des chemins de fer naissants. Ses interventions sont nombreuses de 1836 à 1844 mais seul le débat du 14 juin 1836 sur la ligne Paris-Versailles est resté dans les annales, à ses dépens. "Celui-ci s'ouvrit sur un rapport d'Arago, dont l'autorité scientifique parut propre à rallier les hésitants et à donner à l'opération de l'opposition un aspect d'objectivité technique. Dans ce rapport, Arago, fit, une fois de plus, preuve d'un manque de clairvoyance regrettable. Tout en se déclarant partisan des chemins de fer, il en contesta l'urgence et mit le gouvernement en garde contre une hâte excessive qui l'empêcherait de profiter des progrès à venir. Nous avons déjà vu ce qu'il fallait penser de cet argument et le ministre des Travaux publics sut y répondre que le progrès de la science est infini et qu'à attendre qu'elle ait dit son dernier mot, on risquerait fort de ne pas avoir de chemins de fer." (*) Cela en fait-il pour autant un adversaire du rail ? Non, car il a prophétisé les trains à grande vitesse du XXème siècle... en attendant l'ouverture de la LGV Perpignan-Barcelone.

(*) Marc Baroli, Le train dans la littérature française (Editions N.M., Paris, 1969).

Place Arago, Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Place Arago, Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires