Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 08:24

 

Josep Pla, écrivain et journaliste, dont nous avons consacré sur ce blog plusieurs articles, a écrit dans son ouvrage intitulé "En mar" : "En Méditerranée tout est local : la météorologie, la cuisine, les dialectes, les gens. Tout change constamment. Quelques milles plus au Nord ou plus au Sud et tout varie : la rose des vents, la saveur du poisson, le nombre de gousses d'ail que l'on met dans le faitout, la façon de parler, le palais, les sentiments. Le métissage est fascinant, surprenant. A la même heure le suroît peut souffler ferme au Cap de Creus; le mistral au Cap de Leucate et le vent d'Est aux Tinyaus de Camargue."

Altafulla, petite ville à quelques kilomètres au Nord de Tarragone, dominée par le Castell de Tamarit, sait offrir aux visiteurs le meilleur de la cuisine catalane.

 

Maria Manent, poète et critique, a, dans "La ciutat del temps" (1961), parlé d'Altafulla en vers et en vent salé :

 

Amb olor d'estiu m'esperes

com un nuvol oblidat,

Altafulla, amb cent palmeres

i un castell de vi daurat.

Avec une odeur d'été, tu m'attends

comme un nuage oublié,

Altafulla, aux cent palmiers

et un château de vin doré.

 

Saules tens vora la via

i moresc a l'hort tancat,

i al ec l'aigua que somnia

si no corre el vent salat.

Des saules près de la voie

et du maïs dans le verger clos,

et dans la rigole l'eau qui rêve

si point ne souffle le vent salé.

 

Ai, adéu, vila menuda,

oliveres, camp de blat !

Pels camins, vora la ruda,

l'ase té un pas delicat.

Hélas, adieu, ville menue,

oliveraies, chapm de blé !

Sur les chemins où pousse la rue,

l'âne a une allure délicate.

 

I com l'ordi de les eres

el cloquer s'ha endormiscat,

Altafulla, amb cent palmeres

i un castell de vi daurat.

Et, comme l'orge sur les aires,

le clocher s'est assoupi,

Altafulla, aux cent palmiers

et un château de vin doré.

 

A Altafulla, il y a une auberge qui propose sous la forme d'un grand buffet copieux et succulent, des plats chauds et froids élaborés avec des produits traditionnels et naturels : Viandes à la braise, poissons choisis avec soin, calçots, champignons, etc. Les plats catalans les plus connus, l'ollada (grande soupe avec de la queue de cochon, des saucisses, du boudin noir, des pommes de terre, des légumes verts), les boles de picolat, mais aussi le pain à la tomate, l'escalivade.

En avril, mois des fêtes Pascales, où l'on chante des Goigs, principalement les Goigs dels ous (des oeufs), et où l'on mange en dessert, les bunyetes, que l'on confectionne en famille, le soir à la veillée.

Eliane Thibaut-Comelade, dans son livre sur "Ma cuisine catalane" donne la recette de l'omelette de Pâques (oeufs, ventrêche, petits boudins noirs, saucisse fraîche, persil) et rappelle que "tout comme la cargolade, c'est une nourriture de plein air et de partage. Amis et famille se réunissent dans un lieu à l'abri de la tramontane, mi-ombre, mi-soleil, dans une propriété ou dans un lieu de pélerinage près de la mer ou de la montagne, pour le lundi de Pâques. L'omelette n'est qu'une 'entrée', viendront ensuite gigot et côtelettes d'agneau ou chevreau entier à la broche ; n'oubliez pas que l'agneau est la viande préférée des Catalans et surtout durant les fêtes de Pâques".

 

L'auberge d'Altafulla citée ci-dessus se trouve carrer Via Augusta. 122

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires