Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 08:41

010-copie-6 

Il fallut environ vingt-quatre heures au couple Mackintosh pour aller de Londres à Perpignan, d'abord en bateau, puis en train de nuit, avant de contempler le lever du soleil sur l'étang de Salses et de Leucate où s'étaient réfugiés des milliers de flamants roses. Lui, Charles Rennie Mackintosh (1868-1928), architecte renommé avant de tomber dans l'oubli et de connaître les affres des carnets de commandes vides ; elle, Margaret MacDonald (1864-1933) qui avait connu son futur mari à la Glasgow School of Art où elle apprenait le dessin. Il était dépresssif, elle était asthmatique, et tous deux avaient besoin de se reposer et de faire une cure de jouvence et de bienfaits. Après un séjour dans la station thermale d'Amélie-les-Bains, ils se promenèrent à la découverte du département des Pyrénées-Orientales et élirent domicile à Port-Vendres à partir de 1925. La ligne ferroviaire entre Perpignan et Port-Vendres existait depuis 1867. Elle avait été construite principalement pour des raisons économiques, pour l'embarquement et le débarquement des marchandises à destination ou en provenance de l'Algérie. Port-Vendres tiendrait son nom de Portus Veneris, le Port de Vénus, port romain dont les fonds sont encore tapissés d'amphores et de pièces de monnaie. Mais, si le port a été l'objet de la plus grande attention de la part des princes espagnols, il s'est trouvé envasé quand le Roussillon devint Français par le traité des Pyrénées de 1659, les autorités lui préférant le port voisin de Collioure. C'est surtout sous le règne de Louis XVI et l'action de son envoyé spécial dans la région, le maréchal de Mailly, que le petit port va renaître. Quelques travaux, interrompus par la Révolution, sont entrepris pour essayer de transformer le village en une ville nouvelle et moderne. Des casernements sont construits et un obélisque est érigé en l'honneur du roi de France. Les quatre faces du pied de l'obélisque sont ornés de bas-reliefs dont un représente l'indépendance des Etats-Unis. On y voit les habitants de la ville de Boston rassemblés sur le rivage qui tendent les bras vers le vaisseau français qui leur porte le traité qui assure aux peuples des Etats-Unis leur indépendance. Ce monument terminé en 1780 est le seul de France consacré à l'Indépendance des Etats-Unis proclamée quatre ans plus tôt. La ville de Port-Vendres est jumelée avec celle de Yorktown en Virginie (Etats-Unis). Quand Charles Rennie Mackintosh arrive à Port-Vendres en 1925, la ville est un important port de commerce. Depuis la rue du Soleil, il regarde les quais et les immeubles qui les bordent, avec derrière les collines où poussent principalement la vigne. Il pourrait se croire en Grèce, à Mytilène, dans la mer Egée, une île montagneuse aux plaines fertiles où poussent les arbres fruitiers et la vigne,  lieu enchanteur qui vit naître la poétesse Sappho au 7ème siècle avant notre ère, qui composa des odes dont celle dédiée à Aphrodite, déesse grecque le l'amour et de la fécondité, assimilée à la Vénus romaine, dont Port-Vendres porte le nom : "Peu avant l'aurore aux sandales d'or ; Aphrodite et les amours aux paroles douces ; et des pois d'or poussaient sur le rivage ; la cigale de sous les ailes elle verse un chant strident, quand la chaleur répandue." (1) La rue du Soleil, Charles Rennie Mackintosh l'a peinte en 1926 depuis le quai où s'amarrent les ferrys en provenance d'Afrique et d'ailleurs (Hunterian Art Gallery, University of Glasgow). La rue du Soleil regarde à présent vers l'hôtel de ville, ancienne maison qui a appartenu à Jules Pams, avocat, conseiller municipal de Perpignan, qui fut plusieurs fois ministre et candidat à l'élection présidentielle de 1913. Si la façade a subi des mutilations par les destructions de la Seconde guerre mondiale, la salle des mariages conserve encore un beau décor peint, oeuvre de Paul Gervais. Autour du port, des reproductions des oeuvres de Charles Rennie Mackintosh ont été placées et c'est un véritable itinéraire restrospectif que l'on peut suivre depuis le Fort Mailly jusqu'à la criée. Un petit centre de documentation peut être visité deux jours par semaine dans le Dôme, sur la route de Collioure. Charles Rennie Mackintosh quitte Port-Vendres pour toujours en 1927 ; il décède à Londres l'année suivante. Aujourd'hui, Port-Vendres est toujours un important port de commerce mais aussi une escale pour les bateaux de croisière. D'autres peintres, comme Marc Doury, qui expose souvent dans le Dôme, mais aussi en permanence à la Callan Fine Art Gallery à La Nouvelle Orléans en Louisiane, perpétuent l'image d'une ville qui a su attirer les artistes par sa lumière et ses couleurs, " ce magnifique pays teinté de rose" comme le disait Margaret, l'épouse de Mackintosh.     

 

(1) Extrait d'un poème de Sappho repris par la chanteuse Angélique Ionatos dans un disque sorti en 1991, "Sappho de Mytilène".      

 

 

Photo, non loin de Port-Vendres, la côte rocheuse et déchiquetée entre Collioure et Cerbère.

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires