Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 15:02

Hier, samedi 27 novembre 2010, Jean Kiras, artiste-peintre qui vit à Troyes depuis dix ans, a donné une conférence ayant pour sujet le Dévôt-Christ de Perpignan et a tenté d'expliquer  'le dialogue du peintre avec le patrimoine".

 

"Le Dévôt-Christ est à la fois un chef d'oeuvre universel de l'art, un objet de dévotion, une figure emblématique pour Perpignan et le département des Pyrénées-Orientales. Scruté, étudié par les historiens d'art, les anthropologues, il demeure à bien des égards une énigme.

Cette exposition propose de le revisiter, de reconsidérer les connaissances antérieures, d'apporter des réponses novatrices grâce à la science et avec le regard d'un artiste contemporain", écrit Jean-Bernard Mathon, Commissaire de l'exposition. Il ajoute : "L'artiste Jean Kiras, lors d'un long dialogue avec l'objet, a cherché à le saisir, l'a déconstruit, puis re-construit. Son travail - une soixantaine d'oeuvres présentées - est confronté, pour la première fois au Dévôt-Christ dans un face à face qui aide à la compréhension du chef d'oeuvre." 

 

Si Colmar a son retable d'Issenheim, Saint-Denis ses gisants qui ont bouleversé l'artiste,  Perpignan a le Dévôt-Christ, chef d'oeuvre du début du 14ème siècle visible dans la chapelle éponyme qui fut construite à côté de la cathédrale pour lui servir d'écrin, et exposé en ce moment dans la Chapelle Notre-Dame des Anges, après restauration.

Jean Kiras a ressenti immédiatement un choc émotionnel qu'il ne peut expliquer de façon rationnelle en voyant le Dévôt-Christ pour la première fois alors qu'il étudiait les beaux-arts à la Casa Rossello à Collioure.

Le thème de la crucifixion est pour Jean Kiras un thème qui dépasse le cadre strict de la religion et rejoint le symbole de l'oppression et de la solitude.

 

"Jésus on croit dessus des flammes

Que tu saignes et que t'es blessé

Et tous ces gens qui courent tu les connais ?

Ils se sauvent par les routes comme ils peuvent,

tu sais ?

Et cet autre, il hurle, il fait des gestes.

C'est peut-être bien un fou.

Comme ceux-là, dis donc, t'as vu dans les flammes..."

 

Il met deux ans (cycle normal pour lui pour réaliser des oeuvres sur un sujet qu'il choisit) pour commettre des tableaux dont certains ne le satisfont pas. Une oeuvre est d'abord faite d'esquisses, d'approches, puis c'est la réalisation de celle-ci, dit Jan Kiras qui ne concevait pas l'idée de pouvoir présenter ses tableaux en présence de l'oeuvre qui l'avait inspiré. Pouvoir confronter ses oeuvres au Dévôt-Christ a été pour lui une joie, un honneur, un privilège.

 

Jean Kiras, d'origine grecque, a expliqué aussi qu'il n'était jamais en Grèce mais que sur l'insistence de sa compagne, il y était allé recemment. Sur place, il a découvert la beauté des oeuvres antiques bien différente de celles qui sont exposées au Louvre dont les salles sont pour lui des cimetières.

Georges Pillement, dans son livre intitulé "La Grèce inconnue" n'écrivait-il pas : "Il faut avoir, au moins une fois dans sa vie, visité le berceau de notre civilisation, 'cette Grèce où nous sommes nés', comme dit Thierry Maulnier dans le beau livre qui porte ce titre : "Mieux que les années d'école et les livres, un voyage en Grèce nous fait comprendre par la terre, le climat, les moeurs, les données sociologiques originelles, ce qui fut la tragédie de l'ère classique".

Jean Kiras a ramené de son voyage des dessins de sculptures grecques. 

 

L'exposition "Le Dévôt-Christ revisité" qui détaille aussi les étapes de la création de cette sculpture en bois qui était polychrome ainsi que son étude par radiographie et scanographie, sera ouverte au public jusqu'au 18 décembre.009.JPG

 

 

Photo, église Saint-Jacques de Perpignan

 

Citation ci-dessus, vers extraits du poème de Bernard Dimey "Crucifixion en jaune" de Marc Chagall

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires