Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 08:11

numérisation0004-copie-2

 

 

En attendant l'inauguration de l'exposition "Survage, les années Collioure : 1925-1932" qui aura lieu le samedi 16 juin 2012 au Musée d'art moderne - Fonds Peské de Collioure, refaisons vivre quelques moments qui ont fait l'histoire du petit port catalan situé à 25 kilomètres de Perpignan (Pyrénées-Orientales) sur les bords de la mer Méditerrannée.

 

 

Egrener les noms de celles et ceux qui ont mis en couleurs le port de Collioure depuis la fin du 19ème siècle et qui en ont fait un lieu connu dans le monde entier, serait aussi fastidieux qu'inutile, tant les peintres ont, chacun à leur façon, représenter le site selon leur palette et leur idée du fond et de la forme. Dans la forme, C'est un port entièrement refait par Vauban au lendemain de la signature du traité des Pyrénées en 1659 ; dans le fond, c'est une anse entourée de vignobles qui s'accrochent à la colline dont la couleur de la terre change à chaque minute selon le soleil, les nuages et le vent.

 

Entre juillet et octobre 1887, Paul Signac (1863-1938) séjourne à Collioure et peint plusieurs vues du port dont une Vue de Collioure - The Town Beach, Collioure est exposée au Metropolitan Museum de New York.

Quelques années plus tard, en 1905, Henri Matisse (1869-1954) est convié chez deux personnalités qui ont des attaches avec le Roussillon : Gustave Fayet, viticulteur et collectionneur qui vit à Paris, rue de Bellechasse à deux pas de la Gare d'Orléans (aujourd'hui musée d'Orsay) et qui fait découvrir à Matisse sa collection de peintures et de sculptures de Gauguin, et Georges-Daniel de Monfreid, qui vit rue Liancourt, et qui fait découvrir à Matisse d'autres oeuvres de Gauguin. Quelques jours après cette deuxième rencontre, Matisse arrive à Collioure (mai 1905), s'installe à l'hôtel de la Gare et loue une chambre qu'il transforme en atelier avec vue sur la plage du faubourg ou Port d'Avall. Il ne tarde pas à se faire des amis parmi les artistes roussillonnais. Matisse rencontre Etienne Terrus (1857-1922) qui, comme lui, a exposé au dernier Salon des Indépendants (mars-avril 1905) plusieurs toiles dont Le Racou, sa plage préférée (Argelès-sur-Mer). Par l'entremise de Terrus, Matisse rencontre le sculpteur Aristide Maillol (1861-1944) chez lui à Banyuls. Quelques jours plus tard, Matisse se rend avec Terrus chez Georges-Daniel de Monfreid (1856-1929) à Corneilla-de-Conflent. Enthousiasmé par son séjour, Matisse écrit à son ami Derain et lui demande de le rejoindre à Collioure. C'est donc sur l'insistance de Matisse qu'André Derain (1880-1954) arrive à Collioure au début du mois de juillet 1905. Tous deux vont produire, jusqu'en septembre, des vues de Collioure, avec des barques, des pêcheurs, des oeuvres qui seront exposées au Salon d'automne à Paris et qui donneront naissance au Fauvisme après que le critique Louis Vauxcelles ait écrit dans Gil Blas : "La candeur de ce buste surprend au milieu des tons purs : Donatello chez les fauves." Quelques temps plus tard, Marcel Sembat, député de Paris et collectionneur, écrira : "Aujourd'hui Matisse est maître de lui-même. Il est en pleine et complète possession de tous ses moyens. Totale conquête ! Bergson aime à nous jurer que le destin de l'homme est de se créer lui-même. Cette nécessité magnifique s'impose à l'artiste avec plus d'évidence encore qu'aux autres hommes. En ce sens la création de Matisse par lui-même est maintenant accomplie. Son oeuvre des Sept jours est achevée : mais il ne songe guère à se reposer ! A quel signe connaissons-nous que Matisse s'est ainsi conquis tout entier ? Voici : sa puissance devient harmonieuse et se fleurit de douceur. Il produit un ensemble." 

 

 

Sources :

Catalogue de l'exposition 1894-1908, le Roussilloon à l'origine de l'art moderne (Palais des Congrès de Perpignan, 1998)

Catalogue de l'exposition Entre Jaurès et Matisse : Marcel Sembat et Gerogette Agutte à la croisée des avant-gardes (Paris, Hôtel de Soubise - Archives nationales, 2008)

l'ABCdaire du Fauvisme (Flammarion, 1999   

 

 

Photo, à Collioure, avec la reproduction d'un tableau de Matisse (1905) exposé au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg (Russie). 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires