Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 22:48

VILAB3.JPGA cinq kilomètres à l'est de Figueres, l'ensemble monastique de Santa Maria de Vilabertran constitue sans aucun doute un des exemples les mieux conservés en Catalogne de l'architecture des maisons de chanoines régulières médiévales.

 

Vilabertran se situait au croisement de routes importantes, une qui montait vers le Roussillon par le col de Panissars, une qui descendait du Roussillon par les cols de la Maçana et de Banyuls-sur-Mer et une troisième qui allait du col de Panissars à Roses. Les premières mentions du nom de Vilabertran apparaissent dans un document du roi Lothaire (954-986) dans lequel il est fait référence d'une petite localité avec son église dédiée à saint Marie. En 1080 commence la construction de l'église qui est consacrée en 1100. En 1295, Jacques II et Blanche d'Anjou se marient à Vilabertran. En 1592, il y a quatorze chanoines ; il passent à douze en 1625. En 1835, l'église devient une paroisse et ses dépendances passent aux mains de particuliers. Après la guerre civile (1936-1939), l'ensemble devient une caserne. De nos jours, l'église, le cloître, la salle capitulaire, le réfectoire et le dortoir sont ouverts aux visiteurs qui peuvent ainsi admirer des bâtiments dont la construction s'est déroulée du 11ème siècle au 18ème siècle.  

 

Le noyau principal et originel de la maison des chanoines s'organise autour d'un cloître de plan trapézoïdal, légèrement irrégulier, au nord duquel se trouve l'église. Celle-ci est un édifice de plan basilical à trois nefs dont la nef centrale est recouverte par une voûte de canon et les nefs latérales par des voûtes de quart de cercle, lesquelles sont surmontées par un transept qui ressort très peu qui donne sur trois absides semi-circulaires. A la partie nord du transept fut ajoutée au 14ème siècle la chapelle funéraire de la famille Rocaberti et durant le 18ème siècle on ajouta au flanc nord de l'église la chapelle des Douleurs, qui aujourd'hui abrite la croix d'argent du 14ème siècle ainsi que la nouvelle sacristie.

La porte principale s'ouvre sur la façade ouest qui en théorie devait être flanquée de deux clochers de tour ; on n'en construisit qu'un seul. 

L'ensemble monastique présente un intérêt exceptionnel dans le contexte de l'architecture médiévale catalane dans la mesure où il a conservé parfaitement la disposition des différentes dépendances autour du cloître qui furent construites d'une manière très unitaire entre les 12ème et 13ème siècles ainsi que l'agrandissement au 14ème siècle, la chapelle funéraire de Rocaberti et la seconde grande cour ajoutée au sud de l'ensemble, qui rassemble certaines dépendances antérieures, comme l'auberge, qui se trouvaient à l'extérieur de l'enceinte de clôture.

 

 

Photo, le chevet de l'église de Vilabertran.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires