Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:48

Bugarach 17 oct 12 033

 

 

Le mois de décembre 2012 ne sera pas le mois des cendres. La fin du monde, c'est pas demain la veille. Déjà prévue pour l'an 2000 (année d'un premier bug) mais repoussée au 21/12/12, faute de concertation entre humanoïdes et petits hommes verts, elle réunira dans la nuit de vendredi à samedi, à Bugarach dans l'Aude, des dizaines d'illuminés - mais n'est-ce pas la saison ? - qui main dans la main l'attendront en vain. Car il est vain de vouloir une fin en soi, à toute fin, quand on n'a pas été capable de refaire le monde. Mais on n'est pas là pour refaire le monde puisqu'il est question d'assister à son anéantissement. Il y a une fin à tout. Pourtant toutes les guerres froides sur les mers chaudes, toutes les armes de destruction massive qui n'existaient pas, tous les triangles des Bermudes n'ont eu raison du monde. Alors ce n'est pas un Codex écrit par les Mayas du Yucatan, eux-mêmes décimés bien avant la fin du monde, qui y changera quelque chose.

Me lever en ce vendredi matin du 21 décembre 2012 - le dernier ? - ne sera pas la fin du monde. Pourtant je resterais bien au lit pour tout l'or du monde. Mais comme je me rappellerai que le monde disparaîtra le soir même, je bondirai hors de la couette pour aller voir le soleil se lever sur le pic de Bugarach. Jeudi soir, la chaîne Planète aura rediffusé un film connu et je me dirai que si le monde doit connaître sa fin le lendemain, je ne verrai plus tous les matins du monde.

Il y a des voyants et il y a des voyeurs : En octobre 1989, un éditeur avait sorti un livre sur les grands événements de la décennie 80. On avait dû se dire que l'année n'ayant plus que deux mois de répit, il ne se passerait plus rien de transcendant. C'était sans compter sur la chute du mur de Berlin le 9 novembre. Ce livre était l'oeuvre de malvoyants. C'est comme ces politiciens qui nous parlent de 2014 alors qu'ils ne savent pas ce qui se passera dans six mois, et surtout pas ce vendredi. Ce sont des imprévoyants.

Ou comme ces psychiatres qui demandent à leurs malades dépressifs comment ils voient leur avenir. C'est une question digne de voyeurs. L'avenir se construit chaque jour ; l'avenir est ce que l'on en fait. L'avenir a de beaux jours devant lui et la fin du monde, une belle nuit devant elle, une seule, sans étoiles, sans Grande Ourse mais peuplée de trolls drôles qui samedi matin auront la gueule de bois.

Il y en a qui vont au bout du monde et il y en a qui vont à sa fin. Ces derniers risquent d'être déçus et de connaître un nouveau bug : celui de Bugarach.

 

 

Photo, le pic de Bugarach (Aude).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Balladine 20/12/2012 10:28

Je partage tout à fait votre point de vue, et ce titre tout à fait réaliste, le mot "bug" est bien approprié :0)