Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 15:58

002-copie-3 

Ce dimanche, le 19 décembre 2010, sera inaugurée la LGV, ligne à grande vitesse entre Perpignan et Figueres.

Longue de 44.400 kilomètres, dont un tunnel au Perthus de 8.200 kilomètres - dont le percement s'est achevé en novembre 2007 -, cette ligne reliera les deux villes en 23 minutes.

Le train inaugural partira de Perpignan à 12 heures 24 et arrivera à destination à 12 heures 47.

Le nouveau quartier de la gare de Perpignan ( El Centre del Mon - Centre du Monde, voir photo ci-contre ) a en partie ouvert la semaine dernière; à terme, il comprendra, 55 boutiques, 2 hôtels et des bureaux.

 

Nous nous intéresserons cette semaine à Figueres, chef-lieu de l'Alt Emporda, ville de 35 000 habitants, au passé artistique et culturel riche notamment grâce à Salvador Dali.

 

Salvador Dali visitant la National Gallery of Art de Washington DC a été empêché par des gardiens de s'approcher d'une de ses oeuvres, La Cène, pour des raisons de sécurité ( sic ). Le capitaine Peter Moore, dans son livre intitulé " Flagrant Dali", conclue : " Voilà comment des hommes de main américains se sont rendus responsables de l'échec d'une révélation divine, grâce à laquelle la ville de Washington DC aurait pu devenir aussi célèbre que Perpignan et sa gare qui était, d'après l'imagination très fertile de Dali lors de l'année 1963, le centre du Monde."

 

François Darnaudet, dans son polar "Le dernier Talgo à Port-Bou" écrit : "A quelques mètres près, j'étais à cet endroit que Dali avait surnommé 'le Centrrre du Monde' ! Aux Beaux-Arts, nous avions étudié cet épisode folklorique de la vie du peintre catalan. En se penchant à la fenêtre du compartiment d'un train qui entrait en gare de Perpignan, l'hyperbolique Salvador eut la révélation qu'il atteignait un point nodal de l'univers. Son tableau de 1963 intitulé La Gare de Perpignan représentait un homme et un wagon flottant au-dessus des diagonales d'un rectangle. L'intersection de ces diagonales servait de centre de symétrie à une réinterprétation de l'Angélus de Millet."

 

Dans son "Journal d'un génie", le Maître catalan écrit le 19 septembre 1963 : "C'est toujours à la gare de Perpignan, au moment où Gala fait enregistrer les tableaux qui nous suivent en train, que me viennent les idées les plus géniales de ma vie. (...) Eh bien, ce 19 septembre, j'ai eu à la gare de Perpignan une espèce d'extase cosmogonique plus forte que les précédentes. J'ai eu une vision exacte de la constitution de l'univers. L'univers qui est l'une des choses les plus limitées qui existe serait, toutes proportions gardées, semblable par sa structure à la gare de Perpignan, à la seule différence près que là où se trouve le guichet, il y aurait dans l'univers cette sculpture énigmatique dont la reproduction gravée m'intriguait depuis plusieurs jours." 

Et Salvador Dali d'ajouter :

" C'est à partir des idées de la gare de Perpignan que :

Tout en cherchant le 'quantum d'action'

La pinturelle, la pinture re le, la pinture re le la...

Tout en cherchant le 'quantum d'action'

Combien d'expériences il peinturlura là

La pinturelle, la pinture re le, la pinture re le la."

   

Le tableau "La Gare de Perpignan" se trouve au musée Ludwig de Cologne ( Allemagne ).  

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires