Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 09:12

Joel-Dicker-14-janvier-2012-003.JPG

 

 

Joël Dicker, jeune auteur suisse de 27 ans, lauréat du Prix Goncourt des Lycéens 2012 et du Grand Prix du Roman de l'Académie française pour La vérité sur l'affaire Harry Quebert était à Perpignan le lundi 14 janvier 2013 pour présenter et dédicacer son livre déjà best seller promis à un bel avenir. L'histoire de ce roman débute dans l'Etat du Maine (Etats-Unis d'Amérique) que l'auteur connait bien puisqu'il y passe un mois par an depuis sa plus tendre enfance. C'est l'Etat que Marguerite Yourcenar avait choisi pour s'isoler et écrire dans sa modeste maison baptisée Petite Plaisance à Mount Desert et que Joël Dicker a visitée.

 

Le Maine est un Etat du Nord-Est des Etats-Unis qui confine avec les provinces canadiennes du Québec et du Nouveau-Brunswick. Sa superficie est d'environ 80 000 km2, ce qui le place au 38ème rang des Etats américains. Sa capitale est Augusta. Par sa côte découpée (baies et îles), ses 2 500 lacs et 5 000 rivières, c'est une région appréciée des touristes.

 

Le premier combat naval de la guerre d'indépendance a lieu en 1775 au large du Maine lorsqu'une goélette anglaise est prise à l'abordage par des insurgés. La Déclaration d'indépendance est adoptée par le Congrès à Philadelphie le 4 juillet 1776. Le Massachusetts, qui a joué un rôle important dans le mouvement pour l'indépendance, entre dans l'Union le 6 février 1788. C'est au moment de la conquête de l'Ouest, qui fera entrer de nombreux Etats dans l'Union, que sera créé celui du Maine.

"Nord et Sud se livrent une âpre compétition à propos de l'Ouest. Le Sud a besoin de ces terres nouvelles pour étendre le royaume du coton dont la culture épuise le sol ; il colonise l'Arkansas, remonte vers le Missouri. Mais la terre n'est rien pour le Sud sans la faculté de la faire cultiver par des esclaves : le voilà donc qui cherche à faire adopter par ces nouveaux Etats des constitutions admettant l'esclavage. C'est alors au tour du Nord de craindre pour ses propres institutions. L'introduction de l'esclavage dans les nouveaux Etats, c'est, à brève échéance, l'éviction des fermiers libres. Une course de vitesse est engagée entre les deux groupes d'Etats dont l'enjeu est la majorité au Sénat où chaque Etat, ancien ou nouveau, dispose de deux sièges. Il y va, pour les deux parties, de leur existence, de leur mode de vie, d'une forme de civilisation ; il y va aussi du maintien et de l'avenir de l'Union. (...) Des compromis purent, un temps, concilier les points de vue et ajourner le conflit. Un premier compromis, dit du Missouri, en 1820, compensa l'admission du Missouri, Etat à esclaves, par celle du Maine ; à l'avenir, une limite fixée au 36°, 30 de latitude séparerait les deux groupes, la liberté de la servitude. Les pouvoirs veillèrent soigneusement à maintenir l'équilibre : les Etats entraient par couples dans l'Union, un Etat libre faisant contrepoids à un Etat esclavagiste et réciproquement." (1)

Les frontières définitives du Maine avec le Canada sont fixées par un traité en 1842 après divers démêlés entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. En 1850, le président Taylor décède et est remplacé par son vice-président Fillmore. "Le choléra ne sévissait pas que dans le delta louisianais. Il avait fait à Washington une victime de choix en la personne du président des Etats-Unis, le général Zachary Taylor, emporté en quelques jours. Millard Fillmore, jusque-là vice-président, venait de lui succéder pour faire approuver par le Congrès l'entrée dans l'Union de la Californie, avec un statut d'Etat libre. Sur la proposition du sénateur Henry Clay, du Kentucky, un nouveau compromis, qui supprimait les marchés aux esclaves dans le district de Columbia, avait été voté. Le même texte, sous le nom de "compromis du Missouri", seul Etat esclavagiste situé au Nord de la latitude 36°30, laissait aux territoires acquis sur le Mexique la liberté de choisir ou non l'esclavage. Favorable aux modérés et soucieux de maintenir l'équilibre précaire entre esclavagistes et non-esclavagistes, remis en question chaque fois su'un nouvel Etat était admis dans l'Union, le président Fillmore avait également signé un amendement à la loi de 1793 réglant le sort des esclaves "marrons". Désormais, les agents fédéraux avaient le pouvoir de rechercher les esclaves et de les ramener à leurs maîtres. Les planteurs du Sud se montraient satisfaits, encore qu'ils se demandassent quel camp choisiraient le Nouveau-Mexique et l'Utah, organisés en territoires, statut politique précédant celui d'Etat." (2)

 

Au milieu du 19ème siècle, le Maine, comme les autres Etats de la Nouvelle-Angleterre, connait une grande vague d'immigration en provenance du Canada francophone voisin.

"La Nouvelle-Angleterre a connu une importante immigration provenant du Canada français, à partir du milieu du siècle dernier. Venus aux Etats-Unis par nécessité, la plupart des Canadiens français s'y sont installés définitivement. Ils se sont très tôt mobilisés pour construire leur propre micro-société, réplique de l'ancien habitat, qui leur permettrait de conserver leurs spécificités linguistiques et culturelles dans le pays hôte. Cette micro-société francophone n'était pas seulement composée des quartiers ethniques nés du rassemblement de familles canadiennes-françaises dans des villes industrielles de la Nouvelle-Angleterre. Elle était le terrain social où ont pu prospérer toutes les institutions ethniques qui ont permis la reproduction de la communauté d'origine canadienne-française." (3)

 

 

 

(1) Histoire des Etats-Unis par René Rémond (Que sais-je ?, PUF, 1984).

(2) Louisiane, Maurice Denuzière (Editions Jean-Claude Lattès, 1977). 

(3) L'identité culturelle - Les Franco-Américains de la Nouvelle-Angleterre, Louise Péloquin-Faré, docteur en linguistique appliquée (CREDIF, 1983).  

 

 

 

Photo, Joël Dicker en dédicace à la FNAC de Perpignan (Pyrénées-Orientales) le lundi 14 janvier 2013 avec le CML (Centre Méditerranéen de Littérature).

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires