Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 22:15

Dans l'histoire de l'humanité, il y a toujours eu des foires internationales ou nationales. En France, après la Proclamation de la liberté du travail de 1791, se tient sur le Champ-de-Mars une "exposition des produits de l'industrie française095.JPG". D'autres expositions nationales allaient se tenir jusqu'en 1849 : Bien qu'il s'agisse déjà de glorifier l'industrie, elles n'auront que peu de rapports avec les expositions universelles qui leur succèdent.

La première exposition de ce type a lieu à Londres en 1851; la seconde se tient à Paris en 1855. Puis les expositions universelles vont se multiplier : Londres en 1862, Paris 1867, Londres 1871, Vienne 1873, Philidelphie 1876, Paris 1878, Paris 1889, Chicago 1893, Paris 1925, Barcelone 1929, Paris 1937.

 

L'Exposition univeselle de 1937 à Paris...

 

M. Edmond Labbé est nommé Commissaire Général. Il décalre : "L'Exposition de 1937 sera l'Exposition des Arts et des Techniques dans la vie moderne. L'Exposition réunira les oeuvres originales des artistes, des artisans, des industriels. Elle se propose d'être créatrice, éducatrice et même de provoquer des réalisations qui semblent, à l'heure actuelle, être du domaine de l'avenir. Elle s'efforcera de montrer que le souci d'art dans le détail de l'existence journalière peut procurer à chacun, quelle que soit sa condition sociale, une vie plus douce, qu'aucune incompatibilité n'existe entre le beau et l'utile, que l'art et les techniques doivent être indissolublement liés. Pour que cette grande manifestation attire à Paris les foules qui, seules, peuvent assurer son succès, il faut que l'Art lui confère un lustre irrésistible, il faut qu'elle exerce non seulement sur la France, mais sur l'Europe, sur le reste du monde, un pouvoir de séduction qui fasse oublier à tous les difficultés présentes. La richesse d'un pays n'est pas seulement fonction du volume et de la variété de ses richesse agricoles et industrielles, mais encore de la vivacité du génie national.

Mais l'Art ne sera pas et ne doit pas être seul à attendre des résultats de l'Exposition qui s'organise. Nous célébrons en 1937 le souvenir de René Descartes; c'est en 1637 que fut publié à Leyde l'immortel "Discours de la Méthode". Il faut que notre exposition soit cartésienne. Il faut qu'elle soit méthodique. Il faut que nous présentions au public une espèce de panorama des techniques modernes, comprenant les techniques matérielles les plus simples et les plus complexes comprenant ce que les pédagogues contemporains appellent audacieusement les techniques "culturelles", ces procédés de formation du corps et de l'esprit qui doivent assurer à la France de demain une jeunesse travailleuse plus adroite, plus compétente plus sûre d'elle même et de son destin que les générations éprouvées par la guerre et par la crise.

Proclamons dès maintenant : Année 1937, année de l'Exposition. Année non seulement parisienne, amis année nationale, année de la France dans une Europe enfin hors de danger."

 

Ce qui restera de l'Exposition universelle de 1937 : L'Exposition de 1937 a été conçue comme une oeuvre d'urbanisme. Tout le secteur compris entre le pont des Invalides, l'Alma et le pont de Grenelle a bénéficié d'améliorations et d'embellissements: Plus de deux kilomètres de promenade plantée ont été créés sur la rive gauche grâce à la couverture du chemin de fer de l'Etat. Le pont d'Iéna a été élargi de 35 mètres. Un passage souterrain a été ouvert avenue de Tokyo. La place du Trocadéro est ouverte largement sur la perspective de Paris. Le Palais du Trocadéro a été démoli et reconstruit sur des plans nouveaux. Deux musées d'art moderne sont élevés avenue de Tokyo, étagés sur de nouvelles terrasses, à la place de la Manutention militaire. La gare du Champs-de-Mars a disparu. L'aquarium du Trocadéro a été modernisé.

 

L'Exposition universelle financièrement parlant : Les comptes sont faits, le total des frais dépasse le milliard. Les recettes ? On évalue le nombre d'entrées à 45 millions. L'entrée étant à 6 fancs, cela fera une recette de 270 millions. Il reste donc 475 millions à trouver. Il faut compter sur les concessions faites à l'industrie et au commerce. Si les grandes sociétés industrielles et commerciales reçoivent un emplacement gratuitement, par contre, les autres concessionnaires paient très cher leur terrain. La balace ne sera pas en équilibre, mais une nation n'organise pas une Exposition universelle pour réaliser immédiatement un bénéfice. Une Exposition est un moyen très efficace de publicité. Le déficit doit être logiquement inscrit au budget de la publicité. ( André Warnod, "la Vie flamboyante des Expositions" )

 

...et Picasso...

 

 Outre les monuments cités plus haut, il reste aussi de cette Exposition universelle de 1937, un tableau célèbre maintenant exposé à Madrid et intitulé "Guernica".

Le gouvernement républicain espagnol demande à Picasso une oeuvre pour la décoration du pavillon espagnol de l'Exposition. Alors que Picasso ne s'est toujours pas mis au travail survient le bombardement de la ville de Guernica. Le peintre décide que ce sera le thème du tableau qui lui a été commandé. Il peint la toile dans son atelier de la rue des Grands-Augustins à Paris. Grâce au travail de Dora Maar, amie du peintre et photographe, les étapes de la composition du tableau sont détaillés et Picasso fait évoluer son oeuvre en fonction de l'éclairage et du cadrage utilisés par la photographe. Il s'agit du premier reportage sur la composition d'une oeuvre. 

Après la fermeture de l'Exposition, le tableau de Picasso est présenté dans différentes villes, puis à New York où il restera jusqu'en 1981.  

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires