Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 08:53

 

PARIS-Independance-des-EU.JPG

 

 

 

A partir de 1764, la révolte gronde dans les colonies anglaises d'Amérique du Nord. La colère des colons contre la métropole ne cessera de prendre de l'ampleur jusqu'à la déclaration d'Indépendance des Etats-Unis signée à Philiadelphie le 4 juillet 1776. Une de ces actions de révolte est la Boston Tea Party survenue le 16 décembre 1773. "Après le sanglant Massacre de Boston, en 1773, la domination anglaise est de plus en plus mal supportée. Les colons de Boston se révoltent contre le Tea Act qui permet à la Compagnie des Indes d'exporter son thé en Amérique sans payer de taxes et ruine ainsi la récolte de nombreux planteurs. Ceux-ci empêchent le déchargement de trois bateaux emplis de thé.

'Dans la nuit du 16 décembre 1773, déguisés en Indiens, ils montent sur les navires et jettent à la mer 342 caisses de thé, d'une valeur de 75 000 dollars.'

Cet épisode est historiquement connu sous le nom de Boston Tea Party (toujours un côté sportif ou récréatif, à l'instar des Anglais de 40 qui, pour parler d'un bombardement qu'ils ont subi, diront : "We had a bit of a picnic"). (1) 

Le 4 juillet 1776, les Etats-Unis déclarent leur Indépendance par ces mots : "Lorsque dans le cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l'ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la Terre, la place séparée et égale à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l'opinion de l'humanité l'oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation."

Cependant, les Anglais ne s'avouent pas vaincus et font tout pour reconquérir le territoire perdu. Ce conflit, entre la couronne britannique et les jeunes Etats-Unis d'Amérique, passionne le jeune capitaine Gilbert de La Fayette alors en poste à Metz. Invité à un dîner où sont présents le gouverneur, représentant de Louis XVI et le propre frère du roi George III d'Angleterre "il ne craint pas d'interroger le duc sur les détails du conflit. (...) Quant au duc de Gloucester, cette curiosité ardente, cette émotion, exprimées à Metz à propos de la révolte des colons d'Amérique du Nord, il ne les comprendra que par les informations qu'il recevra deux ans plus tard. Il les comprendra mieux encore lorsqu'il lira un jour cette phrase écrite par le jeune capitaine : "Du premier moment où j'ai entendu prononcer le nom de l'Amérique, je l'ai aimée. Dès l'instant où j'ai su qu'elle combattait pour la liberté, j'ai brûlé du désir de verser mon sang pour elle ; les jours où je pourrai la servir seront comptés par moi, dans tous les temps et dans tous les lieux, parmi les plus heureux de ma vie." (2) Le jeune marquis de La Fayette s'embarque pour les Etats-Unis à bord de la Victoire le 20 avril 1777. Il laisse en France son épouse Adrienne agée seulement de dix-huit ans. La traversée dure près de deux mois. La Victoire accoste à Charleston puis La Fayette se rend à Philadelphie via Annapolis et Baltimore, dans l'espoir d'y rencontrer George Washington. Il le rencontre lors d'un dîner à la City Tavern. "Une des plus grandes histoires d'amitié de la fin du XVIIIè siècle commence à être écrite, dès ce 1er août 1777." (2) La Fayette participe à la bataille de Brandywine le 11 septembre 1777. "Mais il s'expose trop. Une balle lui traverse la jambe. Il tombe de son cheval, se fait remettre en selle, et continue à regrouper ses soldats, jusqu'au moment où, l'hémorragie devenant inquiétante, il doit être évacué." (2) La Fayette, de retour en France en 1779 et reçu par le roi Louis XVI et obtient de lui l'intervention de la France en faveur des Insurgents. Américains et Français sont alors unis contre l'armée anglaise et le point d'orgue de cette lutte est la bataille de Yorktown du 19 octobre 1781. "L'armée de secours envoyée de Versailles aux colons américains, commandée par Rochambeau se joint à la flotte de Grasse et aux troupes de Washington pour faire capituler le corps expéditionnaire anglais à Yorktown, dans la baie de Chesapeake (1781). Le traité de paix est signé à Versailles au début de 1783. La France n'y gagne que la liberté de fortifier Dunkerque, plus Saint-Pierre-et-Miquelon, Tobago, les comptoirs du Sénégal. Mais elle a pris sa revanche sur l'Angleterre et effacé la honte du traité de Paris en 1763." (3) L'hôtel de Rochambeau situé au 40 de la rue du Cherche-Midi (Paris 6ème) a vu la création en 1784 de la section française de la Society of Cincinnati, en souvenir de l'indépendance américaine reconnue par les Anglais au Traité de Paris signé à l'hôtel d'York (56 rue Jacob, Paris 6ème) le 3 septembre 1783.La Fayette qui rentre en France en 1785 va prendre une part importante dans les événements qui marqueront la France à partir de mai 1789. Il est député de la noblesse aux Etats-Généraux.  

 

 

 

(1) La composition d'Histoire, Pierre Daninos (Julliard, 1979). 

(2) La Fayette, Gonzague Saint Bris (Editions Télémaque, 2006). 

(3) La Révolution 1770-1880, François Furet (Hachette, 1988). 

 

 

Photo : Plaque sur la façade de l'hôtel de Rochambeau (rue du Cherche-Midi, Paris 6ème).

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires