Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 09:24

numérisation0018 

 

Jean-David AVENEL, dans son livre intitulé " La guerre hispano-américaine de 1898 - la naissance de l'impérialisme américain" écrit que :

 

"De son côté, le nouveau président, Adams, s'inquiéta de l'influence française dans le golfe du Mexique et des projets d'acquisition de la partie de la Louisiane qui appartenait à l'Espagne depuis la signature du traité de Fontainebleau (1761). Des engagements engagements eurent lieu en 1798 entre navires français et américains. la guerre faillit être déclarée mais un traité commercial fut finalement signé le 30 septembre 1800.

La cession de la Louisiane par l'Espagne à la France (traité secret du 1er octobre 1800) porta un nouveau coup aux relations entre la France et les Etats-Unis. Son nouveau président, Jefferson élu en 1800, prôna le rapprochement avec la Grande-Bretagne : le territoire acquis par la France s'étendait de la Lousiane actuelle à la frontière canadienne en longeant à l'Est, le Mississippi, et à l'Ouest, les montagnes Rocheuses ; il interdisait toute expansion vers l'Ouest aux Etats-Unis. L'arrivée de troupes françaises à Haiti inquiéta Jefferson qui, jugeant que Bonaparte pourrait envoyer ses soldats à La Nouvelle-Orléans, écrivit à son ministre plénipotentiaire à Paris :"Nous devrons coopérer avec la marine britannique à partir du jour où la France prendra possession de la Nouvelle-Orléans" (18 avril 1802). La situation désastreuse en Haiti et la menace d'une nouvelle guerre (la France avait rompu ses relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne le 11 avril 1803) permirent d'apaiser la tension existante : Jefferson dépêcha le futur président Monroe à Paris pour négocier l'achat de la Louisiane. Elle fut acquise pour douze millions de dollars.

Cet achat mit fin au différend entre la France et les Etats-Unis. En revanche, les relations entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis se dégradèrent à la suite de plusieurs incidents entre des navires américains et britanniques. Jefferson proclama un embargo le 22 décembre 1807. Il fut levé le 1er mars 1809 sans avoir permis d'obtenir les réparations exigées par le président américain. madison, qui succéda à Jefferson le 4 mars 1809, proposa la signature d'un traité mais Canning, ministre anglais des Affaires étrangères, refusa. De son côté, le gouverneur général du Canada, Sir Georges Prévost, appuya la révolte des Indiens Creeks dans l'Etat de New York (juin 1812).

La guerre fut déclarée le 12 juin 1812. Elle s'acheva en décembre 1814 après deux ans d'escarmouches et de combats d'intensité variable. Aucun parti n'avait obtenu un avantage décisif malgré l'occupation de Washington par les troupes britanniques (24-26 août 1814).

Cette guerre contre l'Angleterre freina temporairement l'expansionnisme américain vers le Nord mais le traité de Gent (1815) fut analysé comme un succès et la mémoire collective oublia les nombreuses défaites militaires pour se fixer sur la victoire d'Andrew Jackson à La Nouvelle-Orléans."

 

Dans son livre "La Louisiane aujourd'hui", Michel Tauriac rappelle que "Tout de suite le jeune Etat doit faire face à l'hostilité de l'Angleterre dont les navires bloquent l'embouchure du Mississppi. En 1814, une flotte comptant 50 unités et transportant 10 000 hommes se concentre en Jamaique. Objectif : la Nouvelle-Orléans. La bataille qui va suivre forgera l'unité des Louisianais de toutes origines. Résolus à défendre leur terre contre l'envahisseur, les Créoles, les Acadiens, les Espagnols, les Allemands, les esclaves libérés et les Indiens s'engagent en masse aux côtés des Américains. Le pirate Jean Lafitte, lui-même, sollicité par les Anglais, met sa flotte et ses flibustiers à la disposition du général américain Andrew Jackson. Dans les rues, la foule massée aux balcons applaudit la milice noire, les Indiens Choctaws, les cinq compagnies du Bataillon d'Orléans et le Bayou Sara Mounted Rifleman qui partent pour le front. La 'Marseillaise' et le 'Yankee Doodle' sortent des poitrines. Le 8 janvier 1815, au matin, dans la plaine de Chalmette, les Anglais se replient en désordre, perdant 10 000 hommes." et que "C'est ici, à Chalmette, au sud de La Nouvelle-Orléans que la toute jeune Louisiane américaine a battu l'armée anglaise en 1815, mettant fin pour toujours aux vues de l'Angleterre sur cet Etat."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires