Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 07:55

 

 

 

"Bernard Dimey n'est pas mort le dix mai,

On aurait cru qu'il l'avait fait exprès :

L'est mort le premier juillet au matin

Et rud'ment bien." Jacques Debronckart

 

 

En consultant l'origine des visiteurs qui découvrent mon blog par des thèmes demandés sur Google, j'ai vu qu'un internaute avait souhaité savoir quel était le nom de la rue avant qu'elle ne porte le nom de Bernard Dimey (18ème arondissement de Paris près de la Porte de Saint-Ouen). A ma connaissance, il s'agit d'une rue qui a été percée au début des années nonante et qui a été baptisée ensuite du nom du poète montmartrois originaire de Nogent (Haute-Marne). En 1991, Philippe Savouret, dans son ouvrage sur Bernard Dimey", a écrit : "A Montmartre, un lieu devrait porter son nom, mais ce n'est pas encore fait ; seul un café, logique, porte son nom rue des Abbesses." Le lieu en question est devenu cette rue nouvellement tracée ; quant au café, il existe toujours mais a été débaptisé depuis. Si vous avez plus détails à ce sujet, n'hésitez pas à laisser votre commentaire au bas de cette page.   

 

Le 1er juillet 1981, Montmartre perdait l'un de ses derniers poètes, un homme qui avait le coeur aussi grand..., qui a écrit "Moi qui n'ai rien écrit" et " Je ne dirai pas tout" ; or, tout nous reste à dire sur celui qui a hanté les nuits de la Butte et des Halles et qui regagnait au petit matin son logement de la rue Germain Pilon.

 

En 1973, Bernard Dimey participe à une série d'émissions sur FR3, "Pour l'amour de..." Une des ces émissions sera tournée au cap Gris-Nez dans le Pas-de-Calais avec Raoul de Godewarsvelde.

"On saisira mieux la diversité du Nord français - le plat pays - en l'abordant par la mer. C'est au cap Gris-Nez  que se mêlent les forts courants de la mer du Nord et de la Manche. C'est de là que part l'anticlinal qui, jusqu'aux hauteurs de Vimy, dans le bassin minier, formera la crête des collines de l'Artois, dont l'altitude ne dépasse jamais 200 mètres.

Tout est en nuances : le cap Gris-Nez (calcaire du Jurassique) se différencie du cap Blanc-Nez (craie du Crétacé) dont il est séparé par une plage de sable fin de douze kilomètres (Wissant).

On peut, par temps clair, y apercevoir la ligne blanche des falaises de Grande-Bretagne.

Ces deux caps sont la charnière du littoral qui se déploie en deux parties symétriques : au nord, vers Dunkerque et la Belgique, la côte basse rectiligne, monotone ; au sud, vers Boulogne et jusqu'à l'estuaire de la Canche, une côte plus découpée : la Côte d'Opale." (Extraits de guide de la nature en France -Bordas)

 

 

"La mer s'assèchera, je l'ai déjà prédit,

Et le sel fleurira aux lèvres des lézardes,

Des bateaux morts debout se dresseront transis,

çà et là des forêts caravelles vieillardes

Toutes emperruquées d'algues et de coraux,

Maquillage vivant des figures de proue,

Squelette travesti les deux mains sur la roue

Qui savait découvrir des chemins sur les eaux.

 

Quand la terre aura bu toute l'eau de la mer

Nous irons explorer notre monde à l'envers,

Ceux qui collectionnaient des fanons de baleine

Rechercheront alors des dents de capitaine,

Rotule passagère ou tibia de marin."

 

Bernard Dimey, "La mer s'assèchera"  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires