Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 09:47

 

Il était tenté de suivre discrètement son fils encore mineur mais aussi de retourner à la Jonquera pour revoir ce fantôme qui lui apprendrait enfin quelque chose. Mais il fit démarrer sa voiture et roula jusqu'à ce bar à l'enseigne criarde près du stade de rugby pour interroger le tenancier et les clients qui y sirotaient. "Lieutenant Dadévi", dit-il en présentant sa carte au patron debout derrière son zinc et devant une étagère garnies de bouteilles aux étiquettes qui stipulent que leur contenu est dangereux si consommé sans modération ainsi que pour les femmes enceintes. Le patron n'était ni content ni mécontent de voir chez lui un lieutenant de police qui n'enquêtait pas sur commission ragatoire mais sur sa simple initiative, Il dit qu'il ne voulait rien boire, qu'il voulait savoir quel avait été le sujet de conversation des deux hommes dont Jacques était et qui avait disparu. Le patron se fit tirer l'oreille mais comme certains consommateurs fumaient dans le bar et ainsi enfreignaient la loi, il attira le lieutenant dans une salle contiguË et le fit asseoir. Jacques avait parlé d'un vieux souvenir, de quelque chose de secret qu'il valait mieux ne pas faire resurgir. Un méfait commis à deux, un larcin sans importance, un truc de jeunes imbéciles devenus de vieux repentis. L'autre disait que c'était de sa faute, que lui seul en avait eu l'idée pour l'épater, pour faire le fier, pour jouer le caîd. Avaient-ils parlé d'assassinat ? Le patron hésita. Le lieutenant le prit par le col et menaça de faire fermer son bouge sous le prétexte que des fumeurs lui avaient empesté le nez, alors le patron dit qu'il nen savait pas plus, que les deux hommes s'étaient séparés vers minuit, chacun de son côté sans faire de bruit, sans même se faire un signe de la main. Sans même se faire un signe de la main, cela signifiait-il que les deux types avaient fait mine de se séparer devant la gargote et qu'ils s'étaient revus quelques minutes plus tard ? Le scénario était cousu de fil blanc. Ils se seraient séparés mais se seraient revus ensuite pour partager un butin que Jacques voulait garder pour lui et l'autre avait menacé de le tuer. Où auraient-ils fait ce partage et où aurait eu lieu le crime ? "Je laisse ton etanumerisation0026.jpgblissement ouvert mais dis à tes clients de fumer des blondes plutôt que des brunes, c'est moins nocif !" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo, un bar à Nuevo Laredo, Mexique 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires