Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 11:37

 

"Voilà le pays assez impérial où chaque an je passe mes vacances."  Joseph Delteil

 

 

 

Rue de l'Ange : Au n° 16 de la rue de l'Ange, l'hôtel de Lazerme ( ancien hôtel Blanes du 18ème siècle ) abrite depuis 1979 le musée des Beaux Arts Hyacinthe Rigaud. Berceau du célèbre portraitiste de Louis XIV, Perpignan peut aussi s'enorgueillir d'avoir reçu et hébergé des artistes de renommée mondiale comme Jean Cocteau, Raoul Dufy, Manolo et Pablo Picasso. Ce dernier séjourna entre 1953 et 1956 chez le comte Jacques de Lazerme qui avait mis à sa disposition un appartement dans lequel il travaillait. C'est dans cette demeure que le peintre andalou réalisa les trois portraits de Mme de Lazerme vêtue du costume traditionnel catalan qui furent offerts et qui sont visibles au musée.

Hyacinthe Rigaud est né à Perpignan en juillet 1659 soit quatre mois avant la signature du traité des Pyrénées et le rattachement du Roussillon à la France. Etabli à Paris en 1681, il se consacre au portrait et obtient un succès sans égal dans ce domaine. Portraitiste de Louis XIV, il le représente en 1694 puis dans le costume du sacre en 1701. Les cours européennes et la grande bourgeoisie se le disputent. Il témoigne de son sens de la grâce dans le portrait du jeune Louis XV et parvient à un sobre dépouillement dans le portrait de sa mère destiné à servir de modèle au sculpteur Coysevox.

 

 

 

Rue du Théâtre : Pendant trois siècles, du 13ème au 15ème, cette rue a été connue comme étant la rue des Juristes ou carrer dels Juristes, car cette confrérie s'y était regroupée. Depuis 1830, elle porte ce nom de rue du Théâtre pour rappeler le transfert des spectacles de la salle Arago dans le bâtiment actuel jadis occupé par les classes du collège des Jésuites. En 1816, Melle Georges y joua des oeuvres de Voltaire, comme mérope et Sémiramis. Talma lui même, acteur préféré de Napoléon Bonaparte, y joua Oedipe, Britannicus et Andromaque. Cette rue est bordée de belles demeures Renaissance avec ses galeries et ses fenêtres sculptées.

 

 

Place Rigaud : Cette place où s'est longtemps tenu un marché au blé était connue sous le nom de Plaça del Blat. C'est en 1293 que le roi Jacques II de Majorque aménagea à cet effet une place. Couvert en 1577 sous Philippe II, l'emplacement devint une halle au blé ou botiga del blat. Menaçant de s'effondrer, elle fut reconstruite en 1849. En 1878, l'immeuble fut affectué à un grand bazar qui fut détruit par un incendie sept ans plus tard. Une nouvelle place fut alors créée. Elle fut baptisée du nom de Hyacinthe Rigaud. L'inauguration d'une statue en bronze représentant le peintre eut lieu en 1890. Fondue par les Allemands dasn les années 40, cette statue fut remplacée par une autre mais en pierre, oeuvre du sculpteur Roger Maureso.

 

 

Rue Emile Zola : Au 13ème siècle, le couvent des chanoinesses de Saint-Sauveur, fondé pour l'éducation des jeunes filles nobles, a donné son nom à la rue. Au siècle suivant, elle change de nom pour adopter celui de la confrérie des forgerons, carrer dels Fabres. Cette rue est bordée de plusieurs bâtiments intéressants :  La Médiathèque, haut lieu de la culture et du savoir, installée dans un écrin moderne, architecture du 20ème siècle. Celle-ci avant d'être transférée en ce lieu se trouvait en face dans l'hôtel Pams. Créée par le Maréchal de Mailly en 1759 dans les locaux de l'ancienne université, la bibliothèque municipale possédait en 1898, 25 000 volumes dont 81 incunables. Aujourd'hui, on peut estimer son fonds à 250 000 ouvrages que l'on peut consulter sur place ou emprunter. Dans cette rue, a fonctionné dès 1849 un atelier de fabrication de papier à cigarettes selon le procédé inventé par Joseph Bardou. Avec son fils Pierre, il lança une marque qui allait faire le tour du monde, JOB. Cette marque a été récompensée à Paris lors de l'Exposition universelle de 1855 et dès 1860. Les Bardou exportèrent dans toute l'Europe et en Amérique.

 

 

Rue de l'Université : Dès 1350, Perpignan possède une université. Pierre IV fonde l'Estudi Major, qui a formé de nombreux savants comme Côme-Damien Hortola ( 1493-1568 ), et qui abritera sous Louis XIV, l'hôtel de la Monnaie. En 1760, sur décision du Comte de Mailly, l'université est déplacée dans un bâtiment construit à cet effet. Joseph Cassanyes y étudia la chirurgie. Mailly fait don de sa bibliothèque à l'université qui sera supprimée à la 017Révolution. Perpignan ne renouera avec l'enseignement supérieur que 160 ans plus tard. Actuellement ce bâtiment construit sur ordre du Comte de Mailly abrite les Archives communales, après avoir servi de bibliothèque municipale et de musée Rigaud, aujourd'hui rue de l'Ange.      

 

     

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Cristofol Michel 16/01/2011 07:44


Cette promenade culturelle dans les rues de Perpignan est vraiment très intéressante et ne va certainement pas s'arrêter là, mais se prolonger.


louisiane.catalogne.over-blog.com 16/01/2011 09:38



Bonjour Michel et merci pour ce commentaire. Je vois que vous êtes plus matinal que moi. Vous pourrez lire la suite de la nouvelle "le tournoi des six hallucinations" que je viens de mettre en
ligne. A bientôt.