Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 17:09

Empuries-24-janv.-2012-048.JPG 

Mardi 27 janvier 2012. Mardi : TRITH en grec (prononcer 'Triti'), troisième jour de la semaine. Prendre un avion pour Athènes, puis embarquer sur un bateau au port du Pirée, un bateau au hasard, le premier bateau en partance pour une île des Cyclades ou plus lointaine. Voilà un voyage organisé dans l'ignorance du lieu que je vais découvrir. Avant de monter à bord de ce bateau mystère, ce ferry boat qui fendrait les flots de sa lenteur, j'avais pris un petit déjeuner dans un hôtel avec vue sur une plage. Et puisque la serveuse avait le temps de dire trois mots aux quelques clients qui voulaient, qui du thé, qui du café, je lui avait demandé ce qu'elle écoutait comme musique, les chanteurs qu'elle aimait bien, avec l'envie d'acheter un disque qu'elle me conseillerait. Elle écrivit le nom d'une chanteuse sur un morceau de serviette en papier, une voix qui ne me quitterait plus pendant mon séjour en Grèce et même après mon retour : Haris Alexiou. "Prends la route, ne tarde pas, mes baisers te cherchent" disent les paroles d'une de ses chansons.Je n'allais pas tarder à prendre la route, ou plutôt la mer. Quelques centaines de drachmes donnés au guichetier inattentif car sans cesse accroché à son téléphone, je montais sur le pont et m'agrippais au bastingage tant le vorias (vent qui devient le meltem durant l'été) soufflait fort. Direction l'Anatolie, l'Est. Après une nuit à bord et les yeux embués de fatigue, Kos était en vue avec son port au fond d'une anse dominée par le château des Chevaliers. Mais je ne restai pas longtemps à Kos-Ville. Je voulais grimper jusqu'au sanctuaire édifié pour Asklepios, le dieu de la médecine qui en savait trop, qui a rapidement dépassé le maître, et qui prit la licence de rendre la vie aux morts. Furieux de cette initiative, Zeus le foudroya. L'ordre naturel des choses ne devait pas être bouleversé. Le père des dieux avait compris que le trépas devait mettre un terme à la vie sur terre sauf pour soi-même. Kos, île enchanteresse, et du site merveilleux dédié à ce dieu transformé en serpent, les bois de pins et de cyprès, et la mer aux flots écumeux qui étend son immensité jusqu'à d'autres côtes. Me laisser enfermer dans ce site, pour admirer les beaux coloris d'un coucher du soleil, sentir les arômes végétales, et, au petit matin, profiter du retour de la boule de feu émergeant de nulle part et illuminant de nouveau les colonnes des temples et les cours des maisons. Mais il faut déjà partir, le gardien des lieux n'a pas l'intention de laisser quiconque rester dans ce lieu sacré et la descente sur la ville est douloureuse quand le soir tombe sur une si belle journée.          

 

Photo côté pile, le site d'Asklépios sur l'île de Kos (Grèce) avec vue sur les côtes turques. 

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires