Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:34

021-copie-2.JPG Chaque lundi et jusqu'au début de l'été, nous roulerons sur la Highway 66 à la découverte d'une ville, d'un village, d'un musée, d'une église, d'une personnalité, d'un petit bout d'histoire des Pyrénées-Orientales. Aujourd'hui, partons pour Fenollar et sa chapelle romane entre perpignan et le Perthus.

 

Sur la route entre Perpignan et le Perthus, les automobiles roulent sans s'arrêter et les excursionnistes passent sans savoir que se cache après les Thermes du Boulou et la départementale qui part vers Maureillas-las-Illas, une chapelle fondée au 9ème siècle, véritable merveille de l'art roman avec ses peintures murales qui illustrent le mystère de l'Incarnation. Cette chapelle est signalée dans le Guide Vert Languedoc-Roussillon des éditions Michelin au chapitre consacré au Boulou. Il y est dit que le décor peint du choeur a séduit des artistes comme Picasso et Braque, en villégiature à Céret au début du 20ème siècle.

André Duprey, dans son ouvrage consacré aux "Itinéraires romans en Roussillon", la décrit comme une "petite chapelle romane de 9 mètres 50 de longueur sur 3 mètres 40 de largeur, présentant un ensemble de fresques romanes le plus complet et de la meilleure qualité, 'où tout dénote une rare vigueur de caractère et de foi'. Les scènes de l'Annonciation, de la Nativité, de l'Adoration des mages y sont encore lisibles sur les murs, de même qu'une Vierge orante (1), des Vieillards de l'Apocalypse et le Christ entouré de symboles des Evangélistes dans les parties supérieures et sur la voûte".

 

La chapelle est située sur le lieu-dit "La Mahut", au conflent de la rivière de Las Illas et de celle de la Rome (qui vient du Perthus), sur la commune de Maureillas-las-Illas.

La première mention d'une chapelle construite en ce lieu se trouve dans une Charte de 894.

L'édifice se compose du choeur et de la nef. Les trois travées sont supportées par deux arcs doubleaux en plein cintre outrepassés. L'arc triomphal entre le choeur et la nef accuse aussi ce style, qui rappelle le style mozarabe (2) mais qui est en réalité le style préroman particulier à la Catalogne.

A une époque postérieure à 1789, une porte a été percée dans le mur oriental pour faciliter l'entrée des charrettes dans l'édifice. Cette opération fit disparaître la presque totalité des peintures de ce mur.

 

Les fresques du choeur datent du 12ème siècle. La qualité du dessin et des couleurs les placent parmi les plus caractéristiques de l'Occident roman. Elles s'étagent sur trois niveaux. Au soubassement, une draperie formée par un bandeau décoratif avec un motif continu en forme de grecque, comme on voit dans les chapelles byzantines de Mistra (3) ; au-dessus de cette draperie, en regardant face au choeur, et de gauche à droite, on distingue, l'Annonciation, la Nativité, la Crèche (à laquelle faisait probablement suite l'Adoration des Bergers dans la partie détruite), puis l'Adoration des Mages avec, dans l'angle, une inscription en latin, enfin le retour des Mages dans leur pays.

Au troisième niveau (registre supérieur) sur tout le pourtour, figurent les vieillards de l'Apocalypse, avec la viole et la coupe à la main.

Au-dessus de l'Autel, en haut du panneau détruit, on voit la Vierge ; elle porte la mistre et a les bras levés dans la position d'une orante comme à Poitiers ou dans les chapelles byzantines de Mistra.

La voûte est occupée par le Christ bénissant, entouré à chacun des angles, par le symbole des Evangélistes (anges présentant les avant-corps des animaux symboliques : l'Aigle pour Saint-Jean, le lion pour Saint-Marc, le toro pour Saint-Luc). Mathieu annonce l'Agneau né de la Vierge, Marc, comme la haute voix du lieu, frémit par les déserts, Volant comme un aigle, par sa parole, Jean gagne le Ciel et par la bouche d'un toro, Luc tient les paroles du Prêtre.

Sur le mur droit de la nef, on distingue quelques vestiges de représentation animalière, certaienement des lions.

 

La chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar se visite en juin et en septembre de 14 à 17 heures ; en juillet et en août, de 10h30 à midi puis de 15h30 à 18heures.

 

 

(1) Orante : personnage représenté dans l'attitude de la prière.

(2) Mozarabe : chrétien vivant en territoire musulman avant la Reconquête.

(3) Mistra : cité médiévale en ruines à quelques kilomètres de Sparte (Grèce).  

 

 

Photo, derrière les portes des chapelles se cachent des trésors.  

Partager cet article

Repost 0
Published by louisiane.catalogne.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

michel.cristofol.over-blog.com 08/05/2011 20:56


Il ne peut y avoir de meilleure réponse à mon commentaire.


Michel Cristofol 04/04/2011 10:30


Une carretera qu'il ne faut pas prendre effectivement à toute allure pour se rendre en Espagne, car sinon on laisse échapper bien des trésors que recèle notre région, richesses que même ne
connaissent pas tous les habitants d'ici.


louisiane.catalogne.over-blog.com 08/05/2011 20:23



"Aujourd'hui, la route n'a plus d'âme. Le voyageur ne la comprend plus, car il ne la voit pas ; emporté par l'auto, toutes pour lui semblent pareilles, il ne les connaît que par leurs numéros ou
leurs classes." Henry de Monfreid, "Les Trabucaires"